BaroCrypto : Actualité des crypto-monnaies

Ethereum : Cours en temps réel, actualités complètes et tout sur la crypto-monnaie

Cours ETH / EUR en temps réél

Découvrir l'Ethereum

Article publié le 20 mars 2018

Vous avez sans doute déjà entendu parler d'Ethereum, mais vous ne savez peut-être pas encore qu'il s'agit bien plus que d'une simple cryptomonnaie. En effet, alors que le Bitcoin et d'autres cryptomonnaies ont été conçus exclusivement en tant que devises numériques, Ethereum elle se définit plutôt comme une plateforme qui cherche à tout décentraliser, en commençant par les applications et les services en tout genre. Que faut-il savoir sur Ethereum ? D'où vient le projet ? Et que trouve-t-on derrière la cryptomonnaie ?

Logo Ethereum

Origine et objectif d’Ethereum

Ethereum est avant tout une plateforme ouverte et décentralisée qui a été spécialement conçue pour permettre aux développeurs de construire et de déployer des applications décentralisées (dApps).

L'idée vient d'un spécialiste en programmation informatique du nom de Vitalik Buterin qui a décidé en décembre 2013 (il n'avait que 18 ans à l'époque !) de lancer un projet de construction d'un réseau public distribué basé sur la blockchain. Pour se faire, il a tout d'abord commencé par publier les détails de son projet Ethereum via un livre blanc, avant de lancer un mois plus tard une ICO (voir notre rubrique dédiée). Au cours de cette levée de fonds, il a mis en vente 60 millions de tokens Ether qui a permis au projet d'obtenir un financement de 31 591 bitcoins, soit environ 18 millions de dollars à l'époque.

Vitalik Buterin le créateur Ethereum

Ce n'est que le 30 juillet 2015 que le tout premier bloc de la blockchain a été créé, marquant ainsi le début du “puissant” réseau Ethereum que l'on connaît aujourd'hui.

Bien que la blockchain Ethereum soit alimentée par une cryptomonnaie Ether (voir plus bas), l'objectif principal du fondateur Buterin n'était pas vraiment de créer une monnaie numérique. C'est d'ailleurs la grande différence entre Ethereum et Bitcoin. La blockchain associée à ce dernier sert en effet exclusivement à déployer et à suivre une devise numérique (le BTC), tandis que le projet Ethereum va bien au-delà du simple développement d'une monnaie native, en offrant plus de possibilités.

Comment fonctionne Ethereum : Machine virtuelle Ethereum et Smart Contracts

Comme on l'a dit plus haut, le but de la blockchain Ethereum est principalement d'y permettre la création et le développement des applications décentralisées, ce qui n'est pas possible sur la blockchain de Bitcoin. De plus, créer une dApp sur Ethereum est devenu chose facile grâce à la “machine virtuelle Ethereum”, ou EVM, qui est basée sur un langage de programmation Turing-complet.

La construction de ces dApps est également liée à une autre “technologie” que l'on appelle Smart Contract ou contrat intelligent.

Smart contract

Les Smart Contracts sont des protocoles informatiques qui, comme les contrats classiques, engagent deux ou plusieurs parties à remplir certaines obligations, mais à la différence qu'ils peuvent s'exécuter automatiquement.  L'exécution de ces contrats dits “intelligents” est liée aux données entrantes sur le réseau, en fonction des conditions spécifiées dans les contrats en question.

Prenons un exemple simple, celui d'un employeur qui doit envoyer à chaque fin du mois une somme donnée à son employé en guise de salaire. Grâce à un smart contract créé par les deux parties, cette transaction-là peut se faire automatiquement tous les mois, évitant ainsi l'employeur de le faire manuellement à chaque fois.

Il s'agit là d'un exemple très simple de l'utilisation d'un contrat intelligent sur la blockchain Ethereum, sachant les innombrables possibilités qu'offre cette “technologie” qui est considérée comme l'élément central du projet. Grâce aux merveilles des Smart Contracts, les développeurs peuvent laisser parler leurs imaginations en créant des milliers d'applications décentralisées différentes.

Parmi les dApps créés sur le réseau Ethereum et utilisant les Smart Contrats, on retrouve entre autres UjoMusic (une application dédiée aux artistes musicaux qui souhaitent placer leurs œuvres sur la blockchain), Augur (une plateforme de marché prédicatif), Filecoin (un cloud décentralisé)…

Ethereum, la cryptomonnaie

La blockchain d'Ethereum est alimentée par une cryptomonnaie native baptisée “Ether”, et qui ressemble a priori au Bitcoin. Cette monnaie alternative a été conçue par les fondateurs d'Ethereum comme système de paiement sur le réseau, utilisée notamment pour obtenir le droit d'utilisation des services proposés. Par exemple, pour pouvoir bénéficier des outils de création de dApps sur la plateforme, les développeurs sont obligés de payer des frais en Ether.

Cryptomonnaie Ethereum

Comme le Bitcoin, l'Ether connu sous le sigle ETH peut aussi être échangé et négocié en dehors du réseau, c'est-à-dire via des plateformes d'échange de cryptomonnaies classiques comme Coinbase ou encore Kraken. Le prix de l'Ethereum n'est pas indexé sur une autre devise, mais varie selon le nombre de personnes qui souhaitent acheter ou vendre la monnaie.  

Pour stocker de l'Ether, les détenteurs de la monnaie peuvent soit opter pour un portefeuille en ligne dédié comme MyEtherWallet, un desktop wallet comme le logiciel Mist, ou encore un hardware wallet (ou portefeuille physique) comme le Ledger Nano S.

En juillet 2016, la blockchain Ethereum a subi ce que l'on appelle un hard fork (ou scission de la blockchain). C'est-à-dire que le réseau s'est divisé en deux branches à partir du bloc numéro 1920000, créant ainsi en même temps une autre blockchain et une autre cryptomonnaie baptisée Ethereum Classic (ETC).

Prix de l’Ethereum

À son apparition, le 7 août 2015, l'ETH se négociait encore à 2,83 dollars, mais son cours à bel et bien augmenté depuis. L'Ether a tout d'abord connu un premier record en juin 2017 en atteignant la barre de 400 dollars, avant de redescendre un moment, puis de reprendre de nouveau la pente ascendante. Cette ascension ne s'arrête pas jusqu'à ce que le prix de l'Ether n'atteigne un nouveau record historique de 1 400 dollars en février 2018.

Certes la valeur de l'ETH a légèrement chuté depuis, mais cela permet de prouver que le numéro un des altcoins peut atteindre des sommets quitte à menacer la suprématie de Bitcoin.

Pour le moment, l'Ethereum reste bien au chaud à la deuxième place du classement des cryptomonnaies, que ce soit en termes de prix, ou en termes de capitalisation boursière qui s'élève à plus de 80 milliards de dollars.

Historique cours Ethereum 2017-2018

Minage de l’Ethereum

Il existe actuellement (05/03/2018) 98 012 831 ETH en circulation, et le déploiement de la cryptomonnaie se fait en quatre étapes suivant les mises à jour programmées du réseau (Frontier, Homestead, Metropolis et Serenity). On se situe actuellement à la deuxième phase de déploiement des Ether (Homestead), durant laquelle le minage est à 100%.

Le minage de l'Ether est lié à la création et la validation de nouveaux blocs sur la blockchain Ethereum. Et comme pour le Bitcoin, cela fonctionne avec le même algorithme de consensus utilisé par Bitcoin, à savoir le Proof-of-Work (preuve de travail). Sachez toutefois qu'Ethereum basculera vers le consensus Proof-of-Stake (preuve d'enjeu) lors de la mise à jour Serenity, afin d'alléger l'énorme dépense en énergie (électricité) engendrée par la preuve de travail.

Pour miner de l'Ether, il est nécessaire de posséder un ordinateur doté d'une ou de plusieurs cartes graphiques puissantes (GPU) qui se chargeront de réaliser les calculs liés à la génération des blocs. Plus votre machine sera puissante, et plus vous aurez la chance d'être récompensée. Car sachez que seul le mineur qui réussira à résoudre le problème mathématique aura droit, en guise de récompense, aux nouveaux ETH générés.

Minage Ethereum

Pour accroître leur chance en matière d'Ethereum mining, certains mineurs vont jusqu'à investir dans de nombreuses cartes graphiques ultras puissantes, à l'image des centres miniers. Cela explique d'ailleurs la flambée des prix des GPU ces derniers temps qui sont de plus en plus sollicités pour le mining.

Si vous n'avez pas les moyens de vous offrir des machines puissantes, vous pouvez toujours rejoindre un “pool” de minage. Il s'agit d'un groupe de mineurs qui unissent leurs puissances de calculs afin de miner ensemble de l'Ether, et partager ensuite le gain entre eux en prorata de la puissance que chacun a mis à disposition du pool.

Les avantages d’Ethereum

L'Ethereum est souvent qualifié comme étant le concurrent potentiel du Bitcoin, et il est difficile de ne pas être de cet avis sachant les nombreux avantages que présente cet altcoin par rapport au cryptomonnaie phares.

Comme on l'a dit plus haut, le réseau Ethereum offre plusieurs fonctionnalités que l'on ne retrouve pas sur la blockchain de Bitcoin. Outre la possibilité d'y construire des dApps et des Smarts Contracts, il est aussi possible de créer et de développer d'autres actifs numériques sur la blockchain Ethereum. Ce qui explique d'ailleurs pourquoi de nombreux projets crypto et la plupart des nouvelles cryptomonnaies sont basés sur ce puissant réseau.

Ethereum comparé au Bitcoin

Les blocs de la blockchain de Bitcoin sont limités à 1MB, tandis qu'Ethereum n'a pas fixé de limite en termes de taille de bloc.

Par ailleurs, Ethereum se montre plus rapide en termes de minage, avec un temps de génération de bloc d'environ 12 secondes seulement, ce qui n'est rien par rapport aux dix minutes de Bitcoin.

Et en parlant de minage, les récompenses distribuées aux mineurs sont fixes et le resteront toujours, tandis que ces mêmes récompenses sont réduites de moitié tous les quatre ans chez Bitcoin.

Bien que Bitcoin et Ethereum reposent tous deux sur un consensus énergivore Proof-of-Work, l'équipe derrière Ethereum cherche à réduire le coût de minage en adoptant prochainement un consensus bien plus économique, le Proof-of-Stake.

Timeline Ethereum

  •  2013
    • Décembre : publication du livre blanc du projet Ethereum par son fondateur Vitalik Buterin
  • 2014
    • Janvier : début de l'ICO Ethereum qui a permis de récolter 18 millions de dollars
  • 2015
    • Juillet : lancement du premier bloc “genesis” de la blockchain Ethereum, lancement de la phase 1 du développement d'Ethereum baptisé “Frontier”
  • 2016
    • Mars : sortie de la nouvelle version du réseau baptisée “Homestead” (phase 2 après Frontier)
    • Mai : création d'une organisation autonome décentralisée appelée “The DAO” qui a réussi à récolter des fonds d'une valeur de 12 000 000 d'Ether
    • Juin : The DAO se fait pirater engendrant la perte d'un tiers des fonds récoltés
    • Juillet : hard fork de la blockchain Ethereum et création de la monnaie Ethereum Classic
  • 2017
    • Juin : l'Ether se négocie à 400 dollars, un premier record historique
  • 2018
    • Février : l'Ether atteint la barre des 1 400 dollars (avant de chuter) établissant ainsi un nouveau record
Les cours en temps réel
4 864,66 € (-0,66%)
150,93 € (-2,06%)
0,44 € (-1,72%)
290,98 € (-2,79%)
3,94 € (-1,75%)
0,21 € (-2,35%)
Les actus sur les réseaux sociaux
Les infos les plus lues