BaroCrypto : Actualité des crypto-monnaies

Inde : un projet blockchain contre les faux médicaments en préparation

Article publié le 13 avr. 2018

Les cryptomonnaies et leur technologie sous-jacente blockchain sont devenues des sujets incontournables sur le continent asiatique, et particulièrement en Inde. Après la série de nouvelles concernant les décisions prises par la RBI, voilà que le gouvernement indien se retrouve associé à un éventuel projet… blockchain.

La blockchain pour lutter contre les contrefaçons

En Inde, Bitcoin et consorts ne cessent de subir des répressions émanant principalement de la Reserve Bank of India, contrairement à la blockchain qui elle est plutôt vue comme une technologie profitable par les dirigeants du pays.

D'après Factor Daily, un groupe de réflexion proche au gouvernement, le NITI Aayog, serait justement en train d'étudier l'utilisation de la blockchain pour gérer le secteur de l'approvisionnement en médicaments du pays.

En effet, 20% des médicaments que l'on trouve sur le marché indien sont des contrefaçons, selon le dernier rapport 2017 de l'OMS. C'est pourquoi le NITI Aayog ou le National Institution for Transforming India cherche à changer cela en s'appuyant sur la technologie numérique tendance du moment.

Une blockchain contre les faux médicaments en Inde

Quelques détails sur le projet blockchain

Un fonctionnaire du think tank indien a expliqué à Factor Daily que la meilleure façon de lutter contre la contrefaçon de médicaments est de mettre l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement sur la chaîne de blocs.

Ainsi, l'objectif est donc de rendre transparent l'approvisionnement en médicaments afin de repérer les produits falsifiés, et cela, en utilisant un mécanisme blockchain basé sur le Proof-of-Concept (PoC). D'après les informations reçues, les médicaments recevront des codes d'identification uniques grâce auxquels ils pourront être suivis et tracés tout le long de l'étape d'approvisionnement. Grâce à la blockchain, les données de suivi seront bien évidemment immuables, c'est-à-dire que personne ne pourra les modifier.

L'avantage avec ce concept proposé par NITI Aayog, c'est que même les consommateurs pourront vérifier l'originalité des médicaments qu'ils achètent, en scannant le code (QR code ou code barre) avec son smartphone (une application dédiée).

Bref, comme l'explique la source de chez le groupe de réflexion, chaque médicament sera donc vendu avec un code unique "irrévocablement audité sur la blockchain", évitant ainsi une reproduction illicite.

L'idée séduit les acteurs "pharmaco"

Bien qu'il n'ait pas encore été officialisé, le projet blockchain est déjà soutenu par différents acteurs de l'industrie pharmaceutique du pays, à l'instar du secrétaire général du lobby de l'industrie chez Indian Pharmaceutical Alliance, DG Shah.

Ce dernier a affirmé que les faux médicaments étaient une préoccupation, et que si la blockchain pouvait aider l'industrie à se débarrasser du problème, ils seraient prêts à le faire… Sous réserve que le gouvernement soit prêt à considérer cela comme un coût supplémentaire et qu'il le compense, l'industrie n'aurait pas d'objection.

Reste maintenant au NITI Aayog et au gouvernement indien à trouver un collaborateur spécialisé dans les technologies numériques afin de mener à bien ce projet blockchain PoC.

Les cours en temps réel
9 220,59 € (-0,92%)
196,90 € (-1,52%)
0,27 € (-3%)
287,86 € (-1,79%)
3,54 € (-1,69%)
0,07 € (-6,32%)
Les actus sur les réseaux sociaux
Les infos les plus lues