BaroCrypto : Actualité des crypto-monnaies

Chine : la Banque populaire lance la plateforme blockchain BROP

Article publié le 30 mars 2018

Depuis quelques mois, la Chine ne cesse de s'en prendre à tout ce qui touche les cryptomonnaies, que ce soit les exchanges, les mineurs, les ICO… sauf la blockchain. La preuve, la Banque populaire de Chine vient de lancer un grand projet lié à la technologie tendance du moment.

Blockchain Registry Open Platform, kézako ?

En guerre contre les devises numériques, la Chine n'est toutefois pas contre la technologie sous-jacente de Bitcoin. Au contraire, le gouvernement chinois est attiré par les avantages de cette technologie innovante, tout comme la Banque populaire de Chine qui se lance dans un projet axé justement sur la chaîne de blocs.

Plus précisément, la PBOC vient d'entamer le déploiement de ce que l'on appelle la "Blockchain Registry Open Platform" (BROP), qui est une plateforme ouverte de blockchain. La Banque populaire a confié le développement de cette plateforme à un institut de recherche spécialisé dans le domaine, à savoir le Zhongchao Blockchain Research Institute.

La Banque populaire de Chine lance la plateforme blockchain BROP

BROP, mais à quoi ça sert exactement ?

En réalité, BROP est une sorte de grand registre ouvert qui a pour objectif d'améliorer plusieurs secteurs. Cette blockchain particulière permet par exemple de réduire les charges bureaucratiques, ou encore d'alléger les exigences d'authentification au niveau des organes gouvernementaux.

Mais BROP marque surtout le début d'un long processus de développement de la blockchain lancé par le gouvernement chinois et la PBOC, en collaboration avec l'institut Zhongchao.

Le PDG de la société Zhongchao Credit Card Industry Development, Fan Guifu, a d'ailleurs évoqué le sujet lors de son interview avec Tencent :

"Notre objectif principal est le développement de la blockchain et d'autres technologies financières émergentes."

La Chine devient pro-blockchain

À l'image de cette initiative lancée par la Banque populaire du pays, la Chine s'intéresse donc de plus en plus à la blockchain et aux nombreux atouts de cette dernière. Cela vient en plus d'être prouvé par le rapport de l'OMPI qui affirme qu'ils ont reçu en 2017 un grand nombre de demandes de brevets blockchain émanant d'entreprises chinoises.

Parmi les 406 dépôts de brevets enregistrés par cette organisation mondiale de la propriété intellectuelle, 225 sont donc d'origines chinoises, contre 91 brevets pour les États-Unis.

Sans oublier que la plupart des projets blockchain les plus prometteurs ont vu le jour sur le territoire chinois, à l'instar de NEO, la future Bitcoin. L'ironie de l'histoire est que le pays cherche à bannir complètement les cryptomonnaies…

Les cours en temps réel
8 707,78 € (+0,72%)
192,53 € (+2,15%)
0,28 € (+1,48%)
262,91 € (+0,94%)
3,48 € (+1,69%)
0,08 € (+9,45%)
Les actus sur les réseaux sociaux
Les infos les plus lues