BaroCrypto : Actualité des crypto-monnaies

Venezuela : le Petro sous les critiques du Brookings Institution

Article publié le 15 mars 2018

Depuis le lancement de sa prévente en février dernier, le Petro n'arrête plus de faire parler de lui. La cryptomonnaie nationale du Venezuela est souvent pointée du doigt, notamment à cause du fait qu'elle a été créée pour contourner les sanctions internationales. Cette fois-ci, c'est au tour du Brookings Institution de se pencher sur cette devise à polémique, voire de la blâmer.

Brookings : « Petro est une menace pour bitcoin »

Les analystes de ce groupe de critique viennent de dévoiler le résultat de leur analyse sur le fameux Petro par l'intermédiaire d'un article publié sur leur site officiel, et on peut dire qu'ils n'ont pas été tendres avec le nouveau altcoin. Ces experts expliquent dans ledit article qu'au lieu d'aider le peuple vénézuélien à combattre la récession économique, la création Petro pourrait avoir des conséquences néfastes sur les autres cryptomonnaies, dont principalement le bitcoin et l'ethereum.

"Il existe un danger très réel que le pétro non seulement ne parviendra pas à guérir les maux économiques du Venezuela, mais affaiblira également l'intégrité des crypto-monnaies au sens large."

Brookings Institution

Le célèbre think tank en profite pour donner des détails sur la prévente de la monnaie qui, on le rappelle, a débuté le 20 février dernier et prendra fin le 19 mars. Selon The Brookings Institution, ce sont surtout les investisseurs étrangers qui ont contribué à la réussite du Petro, qui aurait récolté 735 millions de dollars dès le premier jour. Toujours d'après des analystes, les investisseurs locaux ont été mis sur la touche à cause du fait que l'on ne peut investir dans la cryptomonnaie vénézuélienne qu'en utilisant les devises phares, bitcoin et ethereum.

Maduro

Le Petro, une monnaie juste pour lever des capitaux

Le groupe d'experts ajoute qu'il n'est pas du tout normal qu'il y ait cet afflux de capitaux sachant que le pays reste encore soumis à des sanctions internationales. Pour le Brookings, le gouvernement vénézuélien emmené par Nicolas Maduro se serait d'ailleurs fixé comme objectif d'accumuler des devises étrangères afin justement d'éviter les sanctions qui frappent le pays.

Dans l'article, les analystes se montrent même catégoriques sur un point, que "le Petro ne peut pas stabiliser l'économie du Vénézuéla.", ce qui est contradictoire aux déclarations du président Maduro. Ce dernier a en effet affirmé que les revenus générés par la monnaie pourront résoudre en partie les problèmes économiques du pays.

À la fin, les analystes du think tank ont expliqué qu'il s'agit là d'un exemple dangereux pour d'autres pays qui s'apprêtent également à lancer une cryptomonnaie nationale. Car pour eux, "le Petro ne fournit aucun réel service à ses détenteurs internationaux.", et qu'en outre, les sanctions deviendront inefficaces contre les pays qui arrivent à s'en détourner via les cryptomonnaies.

Pendant ce temps-là, la prévente du Petro de Maduro poursuit son chemin et en est à sa dernière ligne droite. Arrivera-t-il à atteindre l'objectif fixé à 6 milliards malgré ces critiques de Brookings Institution ? Rendez-vous le 19 mars pour le savoir !

Les cours en temps réel
9 561,46 € (+0,61%)
271,47 € (+0,93%)
0,41 € (-0,24%)
413,30 € (-0,36%)
6,28 € (-0,88%)
0,11 € (-0,27%)
Les actus sur les réseaux sociaux
Les infos les plus lues