BaroCrypto : Actualité des crypto-monnaies

Taux de survie des ICOs : seulement 44% réussissent selon une étude

Article publié le 23 juil. 2018

En matière d'ICO, ce ne sont pas tous les projets qui réussissent à obtenir le résultat escompté, et cela vient d'être prouvé par le rapport d'une célèbre université de Boston aux États-Unis.

ICO : un taux de réussite de 44%

Ces derniers mois, on a eu droit à une série d'études et d'enquêtes concernant l'Initial Coin Offering. Le PWC a par exemple révélé que le volume des levées de fonds crypto a doublé cette année, tandis que Stratis Group de son côté a souligné la multiplication des scams ICOs depuis l'année dernière.

Cette fois-ci, c'est au tour de la Carroll School of Management de Boston College de nous dévoiler le résultat de l'étude qu'elle a mené autour de cette levée de fonds d'un nouveau genre. Sous la direction des professeurs Leonard Kostovetsky et Hugo Benedetti, l'établissement américain a effectué des enquêtes auprès de plus de 4 000 ICOs différentes.

Les responsables de l'étude se sont précisément appuyés sur des données provenant d'ICOdata, d'ICOdrops, d'ICObench, d'ICOrating et d'ICOcheck, ce qui leur a entre autres permis de savoir que les 4 000 ICOs ont récolté un total de 12 milliards de dollars entre janvier 2017 et mars 2018.

Mais le plus impressionnant est de savoir que seulement 44% de ces ICOs ont réussi, c'est-à-dire sont arrivées à atteindre leurs objectifs initiaux. Le rapport de la Carroll School of Management explique que cela est dû au fait que le marché des ICOs est encore immature, et que les levées de fonds crypto sont sous-évaluées.

Taux de survie des ICOs seulement 44% réussissent selon une étude

Une forte activité sur Twitter = un gage de réussite

En faisant la moyenne des capitaux récoltés par les ICOs réussies, ceux qui ont réalisé l'étude sont tombés sur un montant moyen de 11,5 millions de dollars. Mais le rapport souligne toutefois le fait que ce chiffre soit "gonflé" par les "méga-ICOs", c'est-à-dire les quelques ICOs qui ont battu des records, à l'exemple de Telegram et ses 1,7 milliard levés. L'étude a par ailleurs calculé un montant médian qui quant à lui est à hauteur de 3,8 millions de dollars.

Par ailleurs, le rapport révèle également que seulement 48% des ICOs complétées ont déclaré des chiffres (capitaux levés) supérieurs à "zéro". Parmi les 52% restants, on retrouve des ICOs qui n'ont fait aucune déclaration de capitaux levés, des ICOs qui n'ont pas pu atteindre leurs "softcap" les obligeant à rembourser les investisseurs, et bien évidemment les ICOs frauduleuses dont les organisateurs ont disparu avec les fonds récoltés.

Enfin, l'étude a aussi permis de savoir qu'une ICO qui possède un compte Twitter officiel et avec un bon niveau d'activité sur celui-ci a plus de chance de réussir. Contrairement à cela, les levées de fonds qui ne sont pas actives sur le réseau social sont généralement vouées à l'échec.

Les cours en temps réel
4 864,66 € (-0,66%)
150,93 € (-2,06%)
0,44 € (-1,72%)
290,98 € (-2,79%)
3,94 € (-1,75%)
0,21 € (-2,35%)
Les actus sur les réseaux sociaux
Les infos les plus lues